OPCVM

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

Les Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) sont des entreprises agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Elles permettent à un particulier d’investir en titres financiers : actions, obligations, etc.

Les deux principales catégories d’OPCVM sont les Sociétés d’investissement à capital variable (SICAV) et les Fonds communs de placement (FCP).

L’encours des OPCVM atteignait 1 138 milliards d’euros en 2017.

OPCVM : une famille nombreuse 

Les OPC (organismes de placement collectif) investissent en valeurs mobilières (actions, obligations, etc.) pour le compte des épargnants qui n’ont pas le temps (ou les connaissances) nécessaires pour gérer directement un portefeuille de valeurs mobilières.

Il existe 2 catégories d’OPC :

  • les fonds d’investissement alternatifs (FIA) qui ne peuvent être commercialisés qu’en France ; et
  • les OPCVM qui peuvent être vendus dans toute l’Union européenne.

Ces OPCVM eux-mêmes peuvent prendre 2 formes : 

  • un FCP (fonds commun de placement), c'est-à-dire une copropriété de valeurs mobilières émettant des parts. C’est une société de gestion qui pilote ses actifs. Elle agit au nom des porteurs et dans leur intérêt exclusif. L’investisseur ne dispose pas de droit de vote ;
  • une SICAV (société d'investissement à capital variable), c'est-à-dire une société anonyme qui, contrairement au FCP, émet des actions pour répondre aux demandes de souscription. Les investisseurs sont des actionnaires. Ils peuvent notamment donner leur point de vue sur la gestion de leur SICAV lors des assemblées générales.

Les catégories de FCP et de SICAV sont multiples. Chacune répond à des objectifs de gestion spécifiques présentant des niveaux de risque et de rendement plus ou moins élevés.

L’AMF distingue 6 catégories d’OPCVM principales :

  • les OPCVM actions ;
  • les OPCVM obligataires ;
  • les OPCVM monétaires ;
  • les OPCVM diversifiés ;
  • les OPCVM à formules, dont la performance financière est définie par avance ;
  • les OPCVM alternatifs aussi appelés « fonds de fonds », car ils investissent principalement en sélectionnant les meilleurs OPCVM du marché moyennant des frais assez élevés.

Le choix d'un OPCVM

Choisir un OPCVM, c’est d’abord choisir un produit adapté à des attentes patrimoniales et à un profil de risque.

Lors de la souscription, l’investisseur reçoit un Document d’information clé pour l’investisseur (DICI). Celui-ci présente les informations principales sur le produit, dont l’indicateur synthétique de risque et de rendement (SRRI). Ce dernier quantifie le risque encouru sous la forme d’une échelle allant de 1 à 7 (7 est le niveau de risque le plus élevé). Il est aussi important de vérifier que la durée de placement recommandée correspond à l’horizon de placement de l’investisseur.

Il faut ensuite examiner les performances de l’OPCVM sur plusieurs périodes : 1, 3 et 6 ans. Cela permet de contrôler le niveau et la régularité des performances. Plusieurs banques de données en ligne, comme celle de Morningstar, fournissent un palmarès des meilleurs OPCVM par catégorie. Des banques en ligne, comme Boursorama, établissent un classement. Il est ainsi possible de sélectionner le meilleur produit dans une catégorie : actions françaises, actions européennes, etc.

Le troisième critère de choix consiste à utiliser une SICAV ou un FCP pour diversifier un portefeuille de valeurs mobilières en utilisant différentes classes d’actifs (obligations, etc.), des zones géographiques ou des devises afin de répartir les risques.

Les frais sont le dernier discriminant à passer en revue. Ils sont indiqués dans le DICI. On distingue :

  • les frais d’entrée et de sortie (entre 0 et 5 %), négociables ;
  • les frais de gestion, invisibles, car soustraits de la performance affichée par l’OPCVM ;
  • des frais annexes si les OPCVM sont détenus à travers une enveloppe fiscale (assurance vie, etc.).

OPCVM : prix des parts et fiscalité

Les OPCVM sont vendus par de nombreux distributeurs, dont les banques en ligne réputées pour la modicité (ou l’inexistence) de leurs frais.

Le prix d’achat d’une action de SICAV ou d’une part de FCP est déterminé par sa valeur liquidative (cours de l’OPCVM calculé en divisant la valeur du portefeuille par le nombre de parts ou d’actions) et les frais.

Les plus-values et les revenus (intérêts sur emprunts obligataires, dividendes sur actions, etc.) des OPCVM sont soumis à la fiscalité des valeurs mobilières (prélèvement fiscal unique à 30 %) ou impôt sur le revenu.

Sicav

Article

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Types d'investissements

Sommaire

Les investissements sur le marché au comptant

TSDI Obligations d'État Reverse convertible Fonds à formule Obligation subordonnée Obligation corporate Exchange Traded Funds Demande d'agrément d'un organisme de placement collectif en valeurs mobilières Titres de créances négociables Convexité d'une obligation Fonds flexibles Actions propres Détachement du dividende Dette hybride Tracker CAC 40 Action à dividende prioritaire Gestion active Sicav Coupon couru Fonds indiciels Emprunt obligataire Valeur faciale OPCVM Junk bonds CLN Fixed income CDO Point de base Code ISIN Émission d'actions Closed-end fund OAT Coupon zéro Débouclage Titre hybride Les obligations en Bourse Dividende préciputaire Obligation convertible Sicav monétaire Obligations vertes Vente à découvert PAMP SRD classique Super dividende Valeurs mobilières Dividende majoré Bon de caisse Action de préférence Obligations remboursables en actions Ornane Covered bond Rendement actuariel Prime de non conversion Penny stock Titre au porteur identifiable Financement de marché Produits négociables à la Bourse de Paris FCP Duration d'une obligation Toutes les clés pour investir dans les obligations d'entreprises Bon du Trésor Actifs financiers Titres de dette Avis d'opéré Certificat d'investissement OATI Obligations à bons de souscription d'actions (OBSA) Les actions en Bourse Obligations perpétuelles