OPCVM

À jour en Octobre 2017

Écrit par les experts Ooreka

Un OPCVM (Organisme de placement collectif en valeurs mobilières) est un support financier donnant à ses souscripteurs la possibilité d'investir sur différents marchés financiers.

On distingue deux types d'OPCVM : les SICAV (Société d'investissement à capital variable) et les FCP (Fonds communs de placement).

Les propriétaires de SICAV sont des actionnaires alors que les acquéreurs de FCP sont des porteurs de parts.

Intérêt et classification des OPCVM

Les OPCVM offrent à des investisseurs la possibilité d'accéder à un portefeuille diversifié de valeurs mobilières.
Ce portefeuille est géré par des professionnels (sociétés de gestion). Il est détenu collectivement par les investisseurs particuliers ou institutionnels.

D'un point de vue juridique, on distingue 2 types d'OPCVM :

  • les SICAV (société d'investissement à capital variable). Elles émettent des actions au fur et à mesure des demandes de souscription. Les investisseurs acquérant des actions de SICAV deviennent actionnaires et ils ont le droit de donner leur point de vue sur la gestion de la société lors des assemblées générales ;
  • les FCP (fonds commun de placement). Ils constituent une copropriété de valeurs mobilières. Celle-ci émet des parts. Les investisseurs les achetant ne disposent pas des droits conférés à un actionnaire. Le FCP est géré par une société commerciale. Elle agit au nom des porteurs et dans leur intérêt exclusif.

Tous les OPCVM commercialisés en France sont agréés par l'Autorité des marchés financiers (AMF). L'AMF agrée aussi les sociétés de gestion et s'assure qu'elles respectent les règles de gestion et d'investissement.

Bon à savoir : l'encours brut total des organismes de placement collectif de droit français (hors capital-investissement, immobilier et titrisation) a progressé de 5,4 % en 2016 pour atteindre 1 328 milliards d'euros. Dans le même temps, le nombre d'OPCVM a diminué, suite aux rationalisations de gammes de produits opérées par les sociétés de gestion.

OPCVM : catégories

Les produits collectifs sont classés en grandes catégories par l'AMF, selon la nature des investissements qu'opèrent les gestionnaires. Cette nomenclature permet une approche standardisée par niveau de risque.

On distingue 6 grandes familles :

  • OPCVM actions : directement liés aux performances de la bourse, ils présentent un niveau de risque assez élevé. Il est préférable de les conserver entre 5 et 10 ans.
  • OPCVM obligataires : investis en obligations, leur risque est moins élevé que celui des OPCVM actions. Leur durée de conservation est de + ou - 5 ans.
  • OPCVM monétaires : ces fonds délivrent une rentabilité proportionnelle au niveau des taux d'intérêt à court terme, actuellement faible ou quasi nulle. Malgré cela, ils attirent des investisseurs que leur niveau de sécurité financière élevé rassure.
  • OPCVM diversifiés : comme leur nom l'indique, ces supports ventilent leurs placements entre les actions et les obligations. Leur profil de risque est variable selon les pondérations entre les classes d'actifs.
  • OPCVM à formule : ces fonds ont pour objectif d'offrir une performance conditionnelle définie en fonction du tracé des indices boursiers, des cours, etc. Les profils de risque sont variables.
  • OPCVM à gestion alternative. Le but de ces OPCVM est d'obtenir une performance positive quelle que soit la tendance du marché des actions et obligations avec la volatilité la plus réduite possible. Ils sont considérés comme assez risqués.

Commercialisation des OPCVM et fiscalité

Pour acheter ou vendre des actions ou des parts d'OPCVM, il faut utiliser les services d'un intermédiaire financier (banque, courtier, etc.) en lui indiquant le nombre de titres demandés ou arbitrés.

Les prix d'achat ou de vente correspondent à la valeur liquidative de l'OPCVM. Calculée et publiée par la société de gestion, elle résulte de division du total des actifs détenus par l'OPCVM et le nombre de titres en circulation. Cette valeur liquidative est disponible sur le site de l'AMF.

Bon à savoir : les revenus réalisés en OPCVM peuvent être distribués périodiquement ou réinvestis afin d'augmenter la valeur liquidative de la part.

Les principaux débours liés à l'acquisition d'un OPCVM sont les frais d'entrée et de sortie, payés lors de la souscription et du rachat ainsi que les frais de gestion prélevés annuellement.

Côté fiscalité, les OPCVM vont être concernés par l'apparition du prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30 %. Aussi appelée « flat tax », il s'appliquera aux revenus de valeurs mobilières (dividendes, intérêts, plus-values de cessions d'actions) partir du 1er janvier 2018.

Les contribuables qui le souhaitent pourront opter pour une imposition à l'impôt sur le revenu si cette option est plus avantageuse pour eux.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Pour aller plus loin


Vous cherchez à constituer votre épargne retraite ?

Faites une simulation gratuite !

Comparez et choisissez le meilleur contrat épargne retraite.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !