Marchés financiers

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

 

Les marchés financiers sont des lieux, physiques ou virtuels, où les acteurs du marché (acheteurs et vendeurs) négocient des instruments financiers.

L’objectif est de financer l’économie et de faire fructifier l’épargne des investisseurs.

Début 2017, la capitalisation des principaux marchés financiers de la planète représentait 69 999 milliards de dollars, selon les chiffres de la World Federation of Exchanges.

Les marchés financiers peuvent être classifiés selon différentes logiques.

Marchés financiers : objectifs et organisations

En France, le premier marché financier date du 16e siècle avec la création des bourses de commerce, à Lyon (1540), Toulouse (1556), Paris (Place commune des marchands de Paris, 1563), Bordeaux (1571), Marseille (avant 1598) et Nantes.

Cinq siècles plus tard, les marchés financiers sont presque entièrement mondialisés, dématérialisés et électroniques. Il s’agit de réseaux informatiques reliés les uns aux autres où les entreprises, l’État et les collectivités publiques viennent se financer grâce à des émissions d’actions, d’obligations et des titres de créance.

L’émission de ces différents titres se déroule sur un marché dit « primaire ». Une fois l’émission terminée, ces titres sont négociés sur le marché de l’occasion, dit marché « secondaire ». Il peut être réglementé ou non.

Malgré la correction boursière intervenue en octobre 2018, les marchés financiers, portés par la reprise et les politiques monétaires des banques centrales, ont connu une forte hausse durant ces dernières années. Depuis début 2015, les indices boursiers des pays avancés ont retrouvé ou dépassé les niveaux atteints avant la crise financière de 2008/2009.

La classification des marchés financiers peut être économique, organisationnelle ou liée à la nature des engagements (usage) liant les investisseurs.

Classification économique des marchés financiers

Selon l’Autorité des marchés financiers (AMF), ces compartiments peuvent être classifiés en fonction de leur utilité économique. On distingue alors 5 marchés financiers :

  • le marché des actions pour le financement en capital des entreprises ;
  • le marché obligataire destiné au financement des banques, des entreprises et des collectivités à travers l’endettement long terme ;
  • le marché monétaire pour le financement des banques, entreprises et collectivités à travers l’endettement à court terme (moins d’un an) ;
  • les marchés dérivés pour la couverture des risques ; 
  • le marché des devises (FOREX), plus grand marché au monde avec plus de 4 000 milliards de dollars de transactions quotidiennes.

Pour de nombreux économistes, les marchés financiers sont régis par des cycles dont la nature, la fréquence, la durée, et la chaîne des événements répond à une certaine logique. Chaque événement déclenche celui qui suit. Ainsi, pour l'économiste J.A Schumpeter (1883-1950), un cycle économique désigne la répétition au cours du temps de phases d’expansion économiques fortes, synonymes de croissance, puis de dépression avec de fortes répercussions sur les marchés financiers. La durée de ces cycles peut varier. Pour l'économiste Français C. Juglar (1819-1905), leur durée moyenne est de 6 à 8 ans, de 3 ans (maximum) pour l'économiste américain J.Kitchin 1861-1832), etc. 

Classification organisationnelle des marchés financiers

Les transactions peuvent s’effectuer sur 2 types de marchés :

  • les marchés organisés ; 
  • les marchés dits de gré à gré (Over The Counter).

Marché organisé

Dans un marché organisé, une entreprise de marché (Euronext à Paris) assure la diffusion et la confrontation des ordres d’achat et de vente. Les contreparties ne négocient pas en direct,  mais placent des ordres d'achat et de vente, via une société de bourse. Lorsque la transaction est enregistrée, une chambre de compensation s’interpose et garantit la bonne fin des engagements. Avec ce type d’organisation, les produits et les règles de fonctionnement sont standardisés. Un marché organisé est soumis à une autorité de tutelle comme la SEC aux Etats-Unis ou l'AMF en France.

Marché de gré à gré

Les marchés de gré à gré ne sont pas soumis à ces obligations réglementaires. Ils n’assurent pas la liquidité de transactions se déroulant bilatéralement entre acheteurs et vendeurs. Les marchés de gré à gré sont plus risqués pour les investisseurs, notamment les particuliers, car ils peuvent présenter un risque de défaut de contrepartie et de règlement livraison des titres. Ce marché est essentiellement la chasse gardée des investisseurs institutionnels.

Lire l'article Ooreka

Classification à l’usage des marchés financiers

Quand on passe un ordre d’achat ou de vente d’un instrument financier à un intermédiaire, le règlement de l’opération peut s’effectuer au comptant ou ultérieurement :

  • sur les marchés au comptant, l’achat ou la vente de titres est réglé immédiatement. Les transactions se font à un prix spot. L'investisseur doit donc posséder les actifs nécessaires au règlement des ordres passés pour que la transaction s'effectue ;
  • sur les marchés dérivés s’échangent différents produits financiers (options, contrats à terme, etc.) appelés instruments dérivés. Leur règlement s’effectue à une date future. Chacun de ces produits dérivés est lié à un sous-jacent (action, indice boursier, matière première, etc.), dont il est inséparable : sa valeur dérive de cet actif sous-jacent et suit ses variations de cours.
  • Sur le marché des devises (Forex) il est possible de se couvrir ou de spéculer en pariant sur la hausse ou la baisse d'une devises par rapport à une autre monnaie (on parle de "paires"). Selon la Banque des Règlements internationaux, les échanges quotidiens sur le Forex dépassent 5 500 milliards de dollars. 
Lire l'article Ooreka