La Bourse : les marchés financiers

À jour en Août 2017

Écrit par les experts Ooreka

Si vous voulez dynamiser votre épargne, prenez un peu plus de risques pour augmenter le rendement. Pour cela investissez dans des produits financiers plus ou moins diversifiés et complexes. Investir en Bourse, cela veut dire investir sur les marchés financiers. Ils permettent d'investir sur beaucoup de produits différents, qui peuvent permettre de gagner ou perdre beaucoup d'argent.

Bourse

La Bourse, c'est quoi ?

C'est un ensemble d'intervenants qui interagissent les uns avec les autres :

  • d'une part les émetteurs, qui peuvent être des entreprises ou des États,
  • d'autre part des investisseurs, professionnels ou particuliers.

La bourse est ainsi un marché où les entreprises ou les États vont se financer auprès des investisseurs (professionnels ou particuliers).

Les bourses étaient jadis des lieux où les vendeurs et les acheteurs se rencontraient par l'intermédiaire de leurs courtiers. Aujourd'hui, les échanges sont totalement dématérialisés, et les marchés financiers fonctionnent uniquement par des réseaux électroniques, sur des serveurs extrêmement sécurisés.

En France, la principale bourse est la Bourse de Paris, qui appartient à la société Euronext, laquelle gère également la bourse de New York (NYSE).

Titres, cours et cotation

Les produits vendus sur les marchés financiers sont des « titres ».Le prix des titres s'appelle le « cours ». Il est déterminé par l'offre et la demande et reflète la santé de l'émetteur (entreprise ou État).

La cotation est la fixation et la publication du cours dans une Bourse. La cotation peut être quotidienne pour les valeurs peu liquides, ou bien continue pour les valeurs les plus échangées (actions et obligations des grandes entreprises, monnaies). CAC signifie ainsi « cotation assistée en continue ».

Qu'échange-t-on en Bourse ?

Les titres qui font l'objet de transactions en Bourse sont :

À partir de ces titres, et pour faciliter leur accès pour les particuliers, les établissements financiers proposent des produits d'épargne ou de spéculation : les OPCVM (SICAV, SICAV monétaire, FCP, FCPI et FIP, fonds à formule, fonds indiciels ou trackers) et les warrants et options.

Une compréhension nécessaire

Investir en Bourse, cela veut dire connaître les produits mais aussi les différents points qui peuvent influencer le prix : la santé de l'entreprise ou encore les données économiques.

Mieux vaut s'adresser à des professionnels pour bien comprendre les problématiques de la Bourse afin d'éviter de perdre beaucoup d'argent.

Fiscalité des plus-values

Les plus-values mobilières sont imposées à un taux fixe de 24 %. Les cotisations sociales s'élèvent à 15,50 %. Ainsi, si le seuil de cession est dépassé, l'imposition totale sera de 39 % (cotisations sociales 15,50 % et imposition 24 %).

Les moins-values réalisées sont imputables sur 10 ans. Depuis le 1er janvier 2010, les prélèvements sociaux s'appliquent dès le premier euro de plus-value.

A compter du 1er janvier 2013, les plus-values de cessions sont soumises au barème progressif de l'impôt sur le revenu avec un abattement selon la durée de détention des titres :

  • 20 % pour des titres détenus depuis au moins 2 ans ;
  • 30 % pour des titres détenus depuis au moins 4 ans ;
  • 40 % pour des titres détenus depuis 6 ans ou plus.

Fiscalité des revenus boursiers

La loi de finances 2013 a modifié la fiscalité des revenus boursiers :

  • Pour les revenus perçus avant le 1er janvier 2013 :
    • Pour les revenus d'obligations (coupons) et des titres de créances français et européen, soit les revenus sont intégrés au revenu imposable, soit les revenus font l'objet d'un prélèvement libératoire de 24 % auquel s'ajoutent les prélèvements sociaux (15,50 %).
    • Les revenus d'actions (dividendes) disposent des deux mêmes options pour l'imposition, mais avec un taux de 21 % pour le prélèvement forfaitaire libératoire. Dans le cas d'une intégration au revenu imposable, il existe des abattements automatiques. Le premier de 40 % de ces revenus est appliqué, le second de 1 525 € pour une personne seule ou 3 050 € pour un couple. Les cotisations sociales de 15,5 % sont dues avant abattements.
  • Pour les revenus perçus à compter 1er janvier 2013 :
    • les revenus sont soumis au barème progressif et font l'objet d'un acompte prélevé à la source de 24 % pour les intérêts et 21 % pour les dividendes ;
    • les revenus sont également soumis au barème progressif de l'impôt l'année suivante, l'acompte est alors déduit du montant des impôts ;
    • des prélèvements sociaux sont ajoutés.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
JA
joël adolphe

retraité cadre bancaire

Expert

CO
christian odaert

retraité du secteur bancaire

Expert

jean-claude m

courtier et conseil en entreprise

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Vous cherchez à constituer votre épargne retraite ?

Faites une simulation gratuite !

Comparez et choisissez le meilleur contrat épargne retraite.

Gratuit et sans engagement !



Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !