Variance swap

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Un swap de variance est un produit dérivé permettant de spéculer ou de se couvrir contre la volatilité d'un actif sous-jacent (variations de fortes amplitudes de l'actif sous-jacent), comme une action, un taux d'intérêt, une devise, etc. Cet instrument financier n’est donc pas destiné à parier sur l'évolution négative ou positive du cours d’un sous-jacent, mais sur le niveau de volatilité des cours.

Swap de variance : principe

Pour comprendre le principe d’un swap de variance, il faut se souvenir ce que sont un swap et une variance.

Un swap désigne un échange de flux financiers entre 2 agents économiques (par exemple des banques) pendant une période de temps limitée. Il s’agit d'un contrat de vente. L’échange peut porter sur des actifs ou des flux financiers.

La variance est un outil statistique permettant de calculer un coefficient de risque. On l’obtient en reprenant les écarts constatés entre les différents revenus et le revenu moyen servi par un actif (actions, obligations, etc.) durant un laps de temps.

La spécificité du contrat de swap de variance est qu’il ne consiste pas à parier sur l'évolution négative ou positive du prix des actifs, mais sur le niveau de volatilité des cours, c’est-à-dire de la propension d’un élément à s’écarter de sa moyenne type.

Fonctionnement

En pratique, dans le cadre d’une transaction de gré à gré, une partie achète un contrat de swap de variance à une contrepartie. Cette transaction se déroule sur la base d’un prix fixe exprimant la volatilité anticipée d’un actif sur une durée limitée.

À l’échéance du contrat, la valeur moyenne effective (réelle) de la variance est convertie en un montant. Celui-ci se situe au dessus ou en dessous du prix d’exercice du contrat. Cette différence est réglée entre les parties.

En se résumant, le swap de variance permet de troquer un quota de variance réalisée contre un quota de variance fixé à l’avance.

À la date d’échéance du contrat, 2 solutions sont possibles :

  • Si la volatilité enregistrée est supérieure à celle prévue par le prix d’exercice (strike), le vendeur du swap paie un montant proportionnel à cet écart.

Pour limiter son exposition, le vendeur de variance peut opter pour des variances swaps « cappés ». Ils définissent un niveau de perte maximum.

  • Si la volatilité réalisée est inférieure à celle prévue par le prix d’exercice, le vendeur du swap reçoit un montant proportionnel à cet écart.

Aussi dans la rubrique :

Types d'investissements

Sommaire