CDO

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Le sigle CDO (collateralised debt obligation) désigne une opération de titrisation consistant à transformer certaines dettes en titres financiers échangés sur les marchés financiers.

Ces dettes peuvent concerner des obligations émises par des banques ou des entreprises (collateralised bond obligation), ou des prêts bancaires (collateralised loan obligation). Dans les deux cas, l’objectif des CDO est de rendre liquides des créances qui ne l’étaient pas.

CDO : définition

Les premiers CDO on fait leur apparition sur les marchés financiers vers 1990. Pourtant, leur existence n'a défrayé la chronique que lorsqu’ils ont été accusés d’avoir contribué à amplifier la crise des subprimes de 2007/2008.

Le principe de base de ces produits est simple. Plutôt que de garder un titre de crédit, une banque le transforme en titre financier afin de le revendre sur les marchés à travers des valeurs mobilières négociables, les CDO.

Pour faire court, les CDO sont donc des instruments de transfert de risques de crédits au reste de la sphère bancaire et financière.

La valeur des CDO tient aux actifs qu’ils agglutinent. Il s’agit d’un portefeuille de créances bancaires ou d'instruments financiers de nature variée.

CDO et titrisation

Techniquement, la création des CDO repose sur la titrisation. Née aux États-Unis dans les années 70, cette méthode vise à transformer des transformer des actifs peu liquides en valeurs mobilières.

Pour y parvenir, une banque crée une société dédiée à l’achat de ces créances, un SPV (special purpose vehicule), au sein duquel sont regroupés différents types de créances, crédits bancaires, prêts aux entreprises, obligations, credit default swaps (instruments dérivés de crédit), etc.

Afin de parvenir à une certaine homogénéité, ces actifs sont ensuite regroupés en portefeuilles de même nature, appelés CDO.

Ces CDO sont eux-mêmes constitués de différentes catégories d’actifs (appelées « tranches ») plus ou moins risquées selon le niveau de défaillance qu'elles portent.

Généralement on distingue 3 tranches.

Tranche « equity »

La première tranche est la plus risquée. Dite « equity », elle absorbe l’essentiel des risques de défaut du portefeuille.

Elle n'a pas d'échéance prédéfinie et offre un rendement lié à la performance du portefeuille sous-jacent.

C’est la tranche la plus mal notée. Son coupon est aussi le plus élevé.

Tranche « mezzanine »

La seconde tranche, dite « mezzanine » couvre un risque de perte inférieur.

Elle n’est ponctionnée que si les pertes éventuelles excèdent le montant de la tranche equity.

Généralement, la mezzanine est notée entre A et BB.

Tranche « financière »

La troisième tranche, dite « senior », supporte les dernières pertes du portefeuille.

Le transfert de risque étant moindre, elle est généralement notée entre AAA et AA par les agences de rating.

Ces différentes tranches constituées, le SPV est chargé d’émettre des titres représentatifs sur les marchés.

L'émetteur vend ainsi aux investisseurs des produits plus ou moins risqués selon la tranche choisie. Moins le risque est élevé, moins la rémunération est importante.

Intérêts et risques des collateralized debt obligations

Intérêts

En émettant des CDO, une banque se protège d’un risque de crédit (lié au fait que les clients auxquels elle prête de l’argent ne la remboursent pas), qu’elle transfère à des investisseurs.

Par ailleurs, cette technique permet à la banque de se refinancer auprès d'investisseurs souhaitant prendre un risque proportionnel à la tranche de dette qu’ils acquièrent. Les porteurs de la tranche senior sont payés avant ceux de la mezzanine, eux-mêmes réglés avant les investisseurs de la tranche equity.

Risques

L’aspect négatif des CDO découle de leur fonction.

En diffusant le risque à une multitude d’investisseurs, ces véhicules dispersent au niveau planétaire un défaut de crédit susceptible d’affecter de multiples institutions financières. C'est justement ce qui s'est passé pour la crise des subprimes.

Aussi dans la rubrique :

Types d'investissements

Sommaire