Marché efficient

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

La théorie du marché efficient est fondée dans les années 60 par l’économiste américain Eugène Fama. On parle de marché efficient lorsque le prix des titres financiers reflète à chaque instant toute l'information pertinente disponible.

Cet article résume en trois points les principes et le fonctionnement de la théorie du marché efficient.

Marché efficient : principes

Selon la théorie de l’efficience des marchés, les actions s’échangent toujours à leur juste valeur. Les actions sous ou surévaluées sont donc une fiction.

La théorie du marché efficient est due à l’économiste américain Eugène Fama (prix Nobel d’économie 2013).

Selon lui, un marché financier est « efficient » si (et seulement si) l'ensemble des informations disponibles concernant chaque actif financier coté sur ce marché est immédiatement intégré dans le prix de cet actif.

Dès qu’une information concernant un actif (par exemple une action) est divulguée, son prix est modifié à la hausse ou à la baisse selon la teneur de cette information.

L'efficience correspond donc à l'aptitude qu’a le marché à rétablir l'équilibre, sur la base de prix fiables permettant aux investisseurs de prendre des décisions en fonction de l'information disponible en temps réel.

Conditions nécessaires au marché efficient

Selon Fama, un marché ne peut être efficient que si un certain nombre de conditions sont respectées.

Comportement des investisseurs

Les investisseurs doivent faire preuve d'un comportement rationnel.

Cela suppose qu’ils réagissent de manière cohérente aux informations reçues, les informations positives suscitant un comportement d’achat et inversement. Dans tous les cas de figure, les décisions des investisseurs doivent chercher à maximiser leurs espérances de gain en fonction d'un niveau de risque donné.

Libre circulation de l'information

Les prix de marché doivent intégrer l'ensemble des informations disponibles en temps réel, ce qui implique qu’il n’y ait pas d’asymétrie entre les investisseurs.

Gratuité

Les informations doivent être gratuites. Cette gratuité est une condition sine qua non puisqu’elle permet à l’ensemble des investisseurs de réagir avec efficacité.

Coûts de transactions et d'impôts de bourse minimum

Devant les taxes, les investisseurs peuvent regimber à investir (ou à désinvestir), de crainte que cette friction fiscale annule leurs gains potentiels.

Le gain espéré doit toujours l’emporter sur ces coûts, sinon, les agents économiques ne peuvent plus agir librement.

Atomicité et liquidité des investisseurs

La théorie des marchés efficients requiert une liquidité et une atomicité complète des investisseurs, afin qu’aucun d’entre eux ne puisse influencer les cours en affichant son intention de vendre ou d’acheter un volume de titre considérable.

Lire l'article Ooreka

Niveaux d’efficience du marché efficient

Fama distingue 3 formes d'efficience du marché efficient, hiérarchisées selon la capacité des investisseurs à se procurer les informations de marché.

Faible efficience

À ce niveau, l'historique des cours d’un titre est l’unique variable expliquant son prix actuel ou futur. Cet historique ne peut être utilisé à des fins de prédictibilité.

Efficience semi-forte

À ce stade, les informations publiques entourant l’activité des entreprises (croissance interne ou externe, résultats, dividendes, etc) enrichissent l'ensemble des informations. En théorie, le prix d'un actif reflète en temps réel la publication des informations le concernant.

Efficience forte

Ici, la totalité des informations des niveaux précédents est intégrée dans le prix de l’actif, ainsi que les informations « privées »,  par exemple détenues par les collaborateurs d’une entreprise. Le délit d’initié devient donc impossible.

En effet, si des personnes disposant d'informations privilégiées effectuent des opérations et que le marché est transparent, celles-ci sont repérables par les autres investisseurs et elles fonctionnent comme une sorte de warning.

Il devient donc impossible de tirer parti des informations non publiques concernant un actif financier.