Day trading

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Le « day trading » (opération sur la journée) se caractérise par l’achat, puis la revente d’actifs financiers au cours de la même séance boursière.

Cette technique spéculative a été rendue possible grâce aux nouvelles technologies permettant de faire des allers-retours rapides sur les marchés avec un fort effet de levier et des frais de courtage réduits.

L’objectif des « day traders » est de multiplier les « petits » bénéfices  ( + ou - 1%) grâce à de fréquents arbitrages.

Day trading : définition et objectif

Le day trading consiste à effectuer de multiples allers-retours dans la journée, puis de solder l’ensemble des positions avant la fermeture du marché, de manière à rester liquide durant la nuit (Overnight). Cette technique se rapproche du « scalping ».

L’objectif du day trader est de multiplier les gains (environ 0,5 à 1 % par transaction) afin de parvenir à un « trade » global positif en fin de journée. Pour parvenir à tenir cet objectif, il est nécessaire de sélectionner un broker peu coûteux .Tester les comptes de démonstration en ligne des brokers est aussi utile pour affiner un choix.

Dans la majorité des cas, les days traders utilisent l'effet de levier pour augmenter leur gains. Cette technique consiste à accroître son exposition financière moyennant une couverture financière réduite. Elle concerne de nombreux produits boursiers, dont les CFD ou encore les paires de devises négociées sur le Forex. 

Même si elle est moins rapide que le scalping, le day trading présente des risques. Pour gagner de l’argent, il est indispensable de maîtriser les règles de fonctionnement des marchés, de l’analyse technique et surtout de bien anticiper les événements : selon les investisseurs, une opération gagnante se caractérise par 20 % de savoir-faire technique et 80 % de psychologie de marché. Il est généralement conseiller de prendre son bénéfice dès qu'il excède 3% (maximum). 

Lire l'article Ooreka

Principes d’actions du day trading

Le day trading s’applique essentiellement aux actifs présentant une forte volatilité. Pour éviter d’être pris à contre-pied, la tendance à court terme des titres achetés (ou vendus) doit être nette. La volatilité des titres sera d’autant plus forte qu’ils font l’objet d’un volume d’échange fourni. À cette aune, les valeurs cotées sur les marchés réglementés constituent une famille de titres idéale pour les day traders : leur liquidité est assurée.  

Les « futures » sont aussi utilisés en raison de l’effet de levier qu’ils permettent. Ce type d’investissement est cependant réservé aux investisseurs aguerris. D’une part, parce que le fonctionnement des futures – contrat à terme permettant d’acheter ou de vendre un sous-jacent à un prix fixé d’avance – est difficile à appréhender. Et parce que l’effet de levier qui permet de n’immobiliser qu'une petite partie d’une position financière peut se retourner contre l’investisseur en générant des pertes. En ce cas, le day trader devra accepter de couper ses pertes avant qu'elles n'atteignent 10%. 

Les day traders observent un certain nombre de règles pour limiter leurs risques. Parmi celles-ci, on peut citer :

  • clôturer les positions avant une annonce importante ;
  • admettre la potentialité d’une perte financière et en fixer le montant avant de se mettre à trader (stop loss). Ce principe implique parfois d’accepter de vendre à perte ;
  • ne jamais investir plus de 5 % de son capital sur une position ;
  • toujours pré-fixer un objectif de cours avant de prendre position ;
  • privilégier les ordres à seuil de déclenchement permettant de se protéger contre une chute des cours tout en limitant la perte maximale en cas d’évolution défavorable des cours ;
  • clôturer toutes les positions avant que le marché ferme, afin de ne pas prendre de risques supplémentaires.
Lire l'article Ooreka