Quantitative trading

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Le quantitative trading (gestion quantitative) est une méthode reposant sur l’utilisation de modèles mathématiques destinés à optimiser les niveaux de performance et de risque d’un fonds d’investissement. On l’oppose à la gestion traditionnelle qui n’utilise pas de modèles quantifiés complexes, mais s’appuie sur l’analyse des « fondamentaux » d’une entreprise.

L’objectif de la gestion quantitative est d'automatiser la gestion autant que faire se peut afin de limiter les risques d’erreurs humaines.

Quantitative trading : principes de base

La gestion quantitative est une méthode de construction de portefeuille basée sur un modèle informatique procurant des signaux d'achat et de vente.

Les décisions d’investissement sont confiées à des programmes mathématiques. Ils analysent les données économiques et financières de chaque entreprise, secteur d’activité et des fondamentaux des pays. Ces modèles sont destinés à fournir une représentation simplifiée mais opératoire des mécanismes régissant la réalité de marché. Ce sont eux qui déterminent ce qu’il faut vendre ou acheter.

En résumé, la gestion quantitative :

  • repose sur des modèles statistiques et mathématiques conçus par des spécialistes ;
  • vise l’automatisation des décisions d’investissements ;
  • tente d’assurer le contrôle permanent du risque de marché.

Objectif du quantitative trading

L’objectif de la gestion quantitative est la performance absolue. Cet objectif consiste à réaliser une performance supérieure à celle d’un indice de référence ou benchmark quelle que soit l’orientation des marchés, obtenir une rentabilité positive dans tous les cas de figure et non pas essayer de battre à tout prix un indice de référence (gestion relative).

Cet objectif ne peut être atteint qu’à condition d’éliminer les effets hasard pour augmenter la performance. La subjectivité est donc écartée du processus d’investissement qui repose sur un processus informatique, par définition non émotif.

En pratique, le quantitative trading utilise des stratégies directionnelles ou des stratégies d’arbitrage.

Le but des stratégies directionnelles est d’exploiter les tendances se dégageant des marchés financiers en prenant des positions à la hausse (ou à la baisse) sur les principaux indices (matières premières, taux, etc.). Ces stratégies se focalisent sur les marchés les plus liquides de la planète.

Les stratégies d’arbitrage tentent de tirer profit d’écarts de prix (spread) entre des instruments liés entre eux, notamment dans le cadre d’une stratégie « long/short ». La puissance des modèles économétriques permet de repérer des écarts de prix entre un instrument dérivé et ses sous-jacents (écarts de taux d’intérêt, etc.) et de les mettre immédiatement à profit.

Gestion quantitative passive et active

Deux types de gestion quantitative sont possibles : la gestion indicielle et la gestion quantitative active.

Gestion quantitative active

Elle a pour objectif de dépasser la performance d'un benchmark sur un horizon moyen-long terme en minimisant les risques, quelle que soit l’orientation du marché. Les risques sont décortiqués et quantifiés à travers les modèles de gestion.

Gestion indicielle

Aussi appelée gestion quantitative passive, elle cherche à répliquer au plus juste les performances d'un marché de référence (par exemple le Nikkei de la bourse de Tokyo). Selon les modèles, il peut s’agir d’une réplication pure (achat de tous les composants d'un indice pondérés par leur capitalisation boursière) ou d’une réplication synthétique (achat de produits dérivés).