Bull trap

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Sur les marchés boursiers, le bull trap désigne un piège à la hausse. Le bull trap s’ouvre lorsque des actionnaires, dupés par une courte reprise, achètent des titres dont la cote ne tarde pas à s’effondrer à nouveau.

La symétrique du bull trap, est le bear trap ou piège à la baisse.

Mécanisme du bull trap

Le mécanisme du piège à la hausse évoque un piège à souris à la différence près que ce n’est pas un morceau de fromage, mais une hausse qui joue le rôle d’appât. Le phénomène se déroule de la façon suivante.

Après une période de hausse, les investisseurs anticipent la baisse d’un actif, par exemple une action. En conséquence, ils ont allègent leurs positions avant que la baisse commence. Ces ventes provoquent ou accélèrent le reflux des cours.

Après cette baisse, une nouvelle hausse intervient. Mécaniquement, les actionnaires recommencent à se porter massivement acquéreur afin de profiter de cette tendance et sans s’interroger sur sa justification financière.

Le bull trap s’ouvre si cette reprise ne tient pas et qu’elle est suivie d’une nouvelle phase de baisse, généralement plus prononcée que la première. Les actionnaires sont alors pris au piège : ils n’ont d’autre choix que de faire le dos rond et d’attendre des temps meilleurs en conservant leurs actifs, ou de liquider leurs positions en encaissant des pertes.

Bull trap : processus psychologique

Le comportement du marché financier est dit irrationnel lorsque les investisseurs réagissent de façon moutonnière, sans que leur décision d’achat ou de vente soit guidée par une analyse méthodique.

Selon la théorie de l’efficience des marchés forgée par l’économiste américain Eugene Fama (prix Nobel d’économie 2013), les actions s’échangent toujours à leur juste valeur ; les actions sur ou sous-évaluées n’existeraient donc pas, le marché réagissant de façon prévisible dès lors que les investisseurs disposent des mêmes informations.

« Pas si simple ! », rétorquent les comportementalistes pour qui les marchés financiers sont surtout conditionnés par la psychologie des investisseurs. D’après eux, les décisions d’investissement ne sont pas rationnelles à 100 %, elles sont affectées par des erreurs de jugement (« biais cognitifs ») ou par des émotions (peur, excès de confiance, conformisme, etc.) altérant la qualité des prises de décision.

Lire l'article Ooreka

Le bull trap illustre le primat de l’émotionnel sur le rationnel. En effet lorsqu’ils constatent que la correction qu’ils pronostiquaient après lecture des fondamentaux d'une entreprise s’interrompt, les investisseurs cèdent à un sentiment d’euphorie. En voyant les cours remonter, ils se mettent à acheter sans chercher à comprendre les raisons du retournement de tendance. Le rebond des cours est généralement bref. Lorsqu’il s’interrompt, les investisseurs moutonniers se retrouvent collés à des titres qui redescendent sur leurs niveaux précédents.

Lire l'article Ooreka

Du bull trap ou bear trap

Symétrique au bull trap, le bear trap (piège à la baisse) fonctionne selon la logique inverse. Les premières victimes sont les vendeurs à découvert.

Cette fois, les investisseurs sont persuadés qu’un titre va baisser alors que sa tendance est haussière. Ils sont abusés par un signal baissier fallacieux. Lorsque la tendance se retourne à la hausse et que, contre toute attente les cours grimpent, les vendeurs à découvert sont contraints d'acheter les actions plus cher qu’ils ne les ont vendues pour clôturer leurs positions (sauf à les reporter moyennant le paiement de frais).