Overshooting

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

L’overshooting (dépassement) correspond à une sur-réaction par rapport à une information de marché.

Sur le marché des devises, l’overshooting se traduit par un mouvement qui éloigne brusquement une monnaie de son cours d’équilibre.

L’overshooting a fait l’objet d’une théorisation par l’économiste allemand Rudi Dornbusch dans un « papier » publié en 1976 sous le titre Expectations and Exchange rate Dynamics.

Overshooting : définition

Sur le marché des changes, il peut arriver qu'une information soit interprétée de façon excessive. Cette sur-réaction a pour effet de créer un décalage entre la cotation d’une monnaie et les fondamentaux économiques (taux d’intérêt, commerce extérieur, inflation, etc.) lui conférant une certaine « valeur ».

Le modèle de sur-réaction, développé par l'économiste Rudi Dornbusch qui fut l'un des conseillers du président américain Clinton est une explication théorique des niveaux élevés de la volatilité des taux de change flottants.

Selon Dornbusch la volatilité du taux de change est davantage liée à des phénomènes ponctuels (choc monétaire) qu’à ces déterminants « fondamentaux » (données macro-économiques permettant d'analyser et de déterminer le potentiel d’un pays).

En d’autres termes, il estime que si le taux de change à long terme des devises est conditionné par les fondamentaux, la volatilité de court terme résulte de facteurs financiers qui provoquent un « dépassement » de la valeur d'équilibre (à la hausse ou à la baisse).

Mécanisme de l’overshooting

Pour Dornbusch, l’overshooting exprime la fluctuation excessive du taux de change en réponse à un changement de la masse monétaire. Ce phénomène est à l’origine de la forte volatilité affichée par les taux de change nominaux (en vigueur).

Dans un régime de change flottant, un choc monétaire entraîne en effet une baisse du taux d'intérêt national et un déséquilibre fulgurant du taux de change, bien au-delà du cours d'équilibre à long terme qui émergera du choc monétaire. 

Dans un deuxième temps, la dépréciation de la monnaie dope la balance courante et ramène peu à peu le taux de change à un niveau où la Parité de Pouvoir d’Achat (PPA) avec les autres devises est à nouveau respectée. L’overshooting est terminé.

Chronologiquement, l’overshooting se déroule en plusieurs étapes :

  • un choc monétaire, par exemple l'injection de liquidités afin de stimuler la croissance, entraîne une baisse du taux d’intérêt national ;
  • face à cette création monétaire (politique de la planche à billets), le marché anticipe la dépréciation de la devise concernée. Son prix s’oriente immédiatement à la baisse ;
  • la dégradation du taux de change est excessive (overshooting) et devra être corrigée ultérieurement avec la prise en compte des fondamentaux économiques ;
  • l'équilibre à long terme est retrouvée lorsque, la parité de pouvoir d’achat entre la devise sanctionnée et les autres devises aura été retracée (après l'ajustement de la balance courante) ;
  • dans certains cas, ce réajustement peu engendrer l’effet inverse, soit une phase de surévaluation ;
  • lorsque le niveau du taux de change s'équilibre sur la base des fondamentaux, le phénomène d’overshooting disparaît. Le principe de neutralité est respecté.