Effet d'éviction

Sommaire

L’effet d’éviction se traduit par une baisse de l’investissement et de la consommation privée, provoquée par la hausse des dépenses publiques.

Selon les économistes libéraux, l’effet d’éviction est la conséquence négative de l’extension des activités du secteur public au détriment du secteur privé.

Pour les keynésiens (non libéraux), l’effet d’éviction ne peut se produire que dans des situations très restrictives : plein-emploi, politique monétaire neutre, etc., rarement d’actualité.

Caractéristiques de l’effet d’éviction

L’effet d’éviction désigne le processus selon lequel l’activité économique du secteur public a tendance à dépasser celle du secteur privé.

Les causes de l’effet d’éviction sont financières. Une grande partie des ressources des États provient de la levée des impôts et des emprunts qu’ils opèrent sur les marchés financiers, notamment à travers les BTAN et les OAT.

Lire l'article Ooreka

L’effet d’éviction intervient lorsque les fonds nécessaires aux dépenses publiques (impôts, emprunts, taxes, etc.) augmentent dans une proportion telle qu’elles détournent une épargne qui, autrement, aurait servi à financer des projets d’investissement privés.

Par ailleurs, autre effet d’éviction : si les ménages considèrent que le montant de la dette publique est supérieur à la valeur actualisée de leurs futurs impôts, ils consommeront moins.

Effet d’éviction interne

L’effet d’éviction interne porte sur les incidences d’une progression de la dépense publique, financée notamment par les émissions des titres d’État. C’est l’effet d’éviction le plus cité par les économistes libéraux lorsqu’ils cherchent à démontrer que l’augmentation du déficit budgétaire n’a pas d’effet stimulant sur l’économie.

Pour les économistes libéraux :

  • L’accroissement du déficit provoque une demande accrue de financement et – théoriquement – une hausse des taux d’intérêt. En effet, la demande de capitaux est si importante qu’elle fait augmenter le loyer de l’argent.
  • Cette situation renchérit le coût du financement privé et le seuil de rentabilité des opérations menées par des investisseurs de plus en plus sélectifs.
  • Cette hausse des taux dissuade un certain nombre d’agents économiques de s’endetter, car le loyer de l’argent est trop élevé, ce qui entraîne la baisse des ventes de biens de consommation durables, financés à crédit par les ménages, etc.

Effet d’éviction externe

Même cause, même effet : l’effet d’éviction externe décrit un processus d’éviction identique de la dépense privée dans le cadre d’une économie ouverte permettant la libre circulation des capitaux.

Les capitaux affluant pour financer les déficits publics n’ont pas pour effet de faire monter les taux, mais la monnaie des pays d’investissement, ce qui, en retour, a un effet négatif sur leurs exportations. L’effet d’éviction est dit « externe » dans la mesure où il détourne les acheteurs étrangers des produits fabriqués dans la zone sous perfusion budgétaire, car leurs prix augmentent.

Ces pros peuvent vous aider