Libor

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Le LIBOR, (London Interbank Offered Rate) est le taux du marché monétaire anglais.

Ce taux est égal à la moyenne arithmétique des taux offerts sur le marché bancaire pour une échéance déterminée (entre 1 et 12 mois) et dans une devise donnée (euro, livre, dollar, etc.).

Objet d’un gigantesque scandale financier, le Libor disparaîtra en 2021 a averti la Financial Conduct Authority (FCA), l’autorité britannique supervisant les indices de référence insulaires.

Lire l'article Ooreka

Libor : définition et utilité du Libor

Publié pour la première fois en 1986, le Libor est le taux d'intérêt de référence du marché monétaire interbancaire à Londres. C'est à partir de ces conditions financières que les grandes banques de la planète se prêtent chaque jour des milliers de milliards de dollars pour financer leurs activités.

Le Libor est publié chaque jour à 11 h 30 par Thomson Reuters pour le compte de l'association des banques anglaises. En fait, on ne compte pas un, mais 150 Libor, car l’indice est calculé pour 15 durées (de 1 jour à 12 mois) et pour 10 devises différentes (yen, dollar, euro, etc.).

Le taux des Libor est égal à la moyenne arithmétique des taux pour une échéance déterminée. En pratique, l'association des banques interroge ses membres, puis enlève les réponses les plus élevées et les plus faibles, pour obtenir une moyenne sur la portion restante.

Sur le vieux continent, l’Euribor qui détermine le taux d’intérêt auquel les banques se prêtent de l’argent entre elles, est l’équivalent du Libor.

Fin programmée du Libor en 2021

Le panel des banques consultées pour fixer le Libor est renouvelé chaque année par l'association des banques anglaises avec l'aide du Foreign Exchange and Money Markets Committee (FX&MMC).

Pour chaque devise, ce panel est composé de 8 (minimum) à 16 banques (maximum) dont le rôle est jugé déterminant dans la devise considérée sur le marché anglais.

En 2011, la banque suisse UBS a révélé aux autorités américaines que de plusieurs banques s’étaient concertées entre 2006 à 2009 pour manipuler les taux du Libor (à la hausse comme à la baisse) afin de générer plus de profits.

Cet aveu a provoqué une enquête des autorités de régulation du secteur bancaire britannique, mais aussi du FBI et du département de la Justice américaine. En 2017, après 6 ans d'enquête, des dizaines de banques (Barclay’s, Royal Bank of Scotland, HSBC, Citigroup, RBS, Deutsche Bank, etc.) ont dû régler un total de 8 milliards d’euros d’amendes.

Ce scandale a poussé la communauté à lancer la réforme du Libor. L’idée de base est de le remplacer par un modèle basé sur les prix des transactions réelles, et non plus sur des estimations. 

Selon la Financial Conduct Authority, le glas du Libor sonnera au plus tard à la fin 2021. Outre-manche, il devrait être remplacé le « Sonia », qui reflète les taux de financement en livres au jour le jour des banques sur le marché non sécurisé londonien.

Aussi dans la rubrique :

Méthodes

Sommaire