Intérêts composés

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Les intérêts sont dits composés si la somme prise en compte pour le calcul des intérêts comprend les intérêts accumulés sur les précédentes périodes.

L’intérêt simple (proportionnel) de l’année précédente est ainsi ajouté au capital et il produit à son tour des intérêts capitalisés, un peu comme une boule une neige qui prend du volume en roulant.

Calcul des intérêts composés

Dans sa base de calcul, l’intérêt composé consiste à prendre non seulement le capital initial comme dans le cas de l’intérêt simple (proportionnel), mais aussi les montants d’intérêt engendrés durant toute la la durée du placement. Au fil du temps, ceux-ci sont transformés en capital.

Le calcul des intérêts composés est possible grâce la formule suivante : CN = C0 (1 + i) n

Apparemment compliquée, cette formule est très simple.

Par CN, il faut comprendre la valeur acquise, c’est-à-dire la somme que vous obtiendrez après avoir placé votre épargne durant X années, par exemple à un taux de 5 %.

CO = le montant de votre capital initial, par exemple 10 000 euros.

(1 + i) correspond à 1 année de placement au taux de rémunération prévu (par exemple 5 %)

Enfin n (puissance) correspond au nombre d’années durant laquelle votre épargne prospérera.

Intérêts composés et valeur initiale

Vous pouvez être tenté de calculer la valeur initiale d’un capital dont vous touchez le montant augmenté des intérêts composés à une échéance donnée.

Les éléments de calcul sont identiques à ceux énumérés plus haut. Le seul point différent est que la puissance n’est pas augmentée, mais divisée par le nombre d’année de placement, ce qui est logique puisqu’il s’agit de remonter le temps.

Intérêts composés et taux actuariel

Enfin vous pouvez chercher à savoir à quel taux actuariel (moyen) a travaillé une somme de X euros que vous récupérez aujourd’hui.

Pour le savoir, il faut appliquer la formule suivante : taux actuariel = ((valeur finale/valeur initiale)^(1/nombre d'années)) - 1

Cette formule revient à diviser la valeur de fin par la valeur de début. Puis de monter le résultat à la puissance 1 avant de le diviser par le nombre d'années correspondant à la période d’immobilisation. Pour terminer, il suffit de soustraire 1 du résultat et le taux actuariel apparaît.

Pour approfondir le sujet :