Vente à découvert

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

La Vente À Découvert (VAD) est une technique boursière consistant à vendre des actions que l'on ne possède pas afin de les racheter plus tard à un prix inférieur. La VAD s’apparente à un pari sur la baisse des marchés.

Risquée, la VAD permet aux investisseurs chevronnés de profiter de la baisse d’un marché ou de couvrir des positions existantes.  En France, la vente à découvert est pratiquée via le Service de Règlement Différé (SRD). Dans la majorité des cas, elle est utilisée à titre de couverture, les investisseurs protégeant une position « acheteur » en la compensant par une position « vendeur ».  

Vente à découvert : mode d’emploi

Au lieu d’acheter des actions, puis de les vendre pour dégager une plus-value (différence entre le prix d’achat et le prix de vente), la bourse de Paris permet de vendre des titres que l’on n’a pas en portefeuille. Pour effectuer une VAD, il faut détenir un compte-titres chez un intermédiaire qui autorise le passage d’ordre au Service de Règlement Différé (SRD). L’intermédiaire financier donne accès à ce service moyennant le prélèvement d’une commission de règlement différé (CRD).

Déroulement une opération de vente à découvert

Dans ses grandes lignes, une opération de VAD se déroule selon selon la chronologie suivante :  

  • L’investisseur passe un ordre de vente de titres SRD à son intermédiaire.
  • Il ne livrera les titres et ne sera payé que le dernier jour de bourse du mois.
  • Entre temps, les titres qu’il vend lui sont prêtés par un tiers (courtier, etc.) faisant le pari inverse. Ces titres sont vendus et le produit est crédité sur le compte de l’investisseur. À la liquidation, ce dernier doit racheter le même nombre d'actions que celles qui lui ont été prêtées.
  • Si le prix baisse, l’investisseur rachètera les actions meilleur marché et fera un bénéfice en empochant le gain résultant de cet écart de de valeur.

Vente à découvert et effet de levier

L’un des intérêts de la VAD est qu’elle procure un effet de levier, variable selon les classes d’actifs. En ce qui concerne les actions, il suffit de détenir 40 % du montant à régler lors de la liquidation pour se positionner.

Cet effet de levier est une arme à double détente : il multiplie le potentiel des gains comme celui des pertes. Si un investisseur a utilisé l'effet de levier en pariant sur une baisse qui ne s’est pas produite, il risque de perdre gros. En cas d’erreur d’anticipation, l'investisseur peut cependant rouler sa position d’un mois sur l’autre. Comptablement, cette prorogation est assimilée à une vente suivie d’un rachat. En cas de variation défavorable des cours, l’écart entre la position initiale et la position prorogée se traduit par un débit sur le compte de l’investisseur.

Valeurs éligibles à la VAD

Toutes les valeurs figurant au SRD ne sont pas éligibles à la VAD. Le SRD est en effet scindé en 2 groupes : le SRD classique et le SRD « long seulement ». Les opérations de VAD sont uniquement possibles sur le premier groupe. Il regroupe des valeurs dont la capitalisation boursière est d’au moins 1 milliard d’euros. A contrario,  il est impossible de réaliser des VAD sur le SRD long-seulement (« long only ») où l'on peut exclusivement acheter des titres « à crédit ».

Pour en savoir plus :

Aussi dans la rubrique :

Types d'investissements

Sommaire