Volatilité d’un titre financier

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

 

La volatilité d’un titre financier (action, obligation, etc.) représente l’amplitude de sa variation à la hausse comme à la baisse. Cette volatilité est mesurée par le coefficient bêta. Il permet de mesurer le degré de dépendance d'un titre vis-à-vis de son cours moyen ou par rapport aux fluctuations du marché. Plus la volatilité est basse, moins le risque attaché au titre est important (et réciproquement).

La volatilité de l'ensemble des titre financiers cotés est mesurée par l'indice boursier VIX, surnommé "l'indice de la peur". 

Mesure du risque

La fin des années 90 s'est caractérisée par la forte volatilité des titres cotés sur les marchés. Après une phase d'accalmie au début des années 2000, la volatilité des places financières augmente à nouveau. En 2018, cette tendance est renforcée par le retour du protectionnisme et les menaces qu'il fait peser sur les titres de sociétés à vocation internationale. 

Objet de la mesure

La volatilité peut se résumer comme la variance d'un titre par rapport à son cours moyen. Elle mesure :

  • l'ampleur de la variation du cours d’un titre par rapport à son marché ;
  • l'écart-type de sa rentabilité par rapport à la rentabilité moyenne d’un univers de référence (un indice, etc.) ;
  • les écarts de rendement d’un actif par rapport à son cours moyen et, par conséquent, le risque endossé par l’investisseur qui le met en portefeuille.

Indicateurs de la volatilité d'un titre financier

Les indicateurs permettant de comparer la performance et la volatilité d’un actif à celles d’un indice sont l’alpha et le bêta.

  • l'alpha révèle l’écart de performance vis-à-vis d'un indice de référence (par exemple un indice sectoriel). Un alpha de 3 signifie par exemple qu’une action ou un fonds (FCP, SICAV) a battu son indice de référence de 3 % ;
  • le bêta est un coefficient dont l’objectif est de quantifier la volatilité du prix d’un actif, c’est-à-dire l’instabilité du cours durant une période donnée. Il fournit en quelque sorte le degré de risque d’un titre en le confrontant avec celui de titres semblables ou à son indice de référence.  Si le bêta d’un titre est de 0,5 %, il faut comprendre que la variation de son cours a été de 0,5 % lorsque celle de son benchmark (indice de référence) était de 1 %.   

Volatilité d'un titre financier : un indice clé pour les investisseurs

Pour les investisseurs la volatilité est un indicateur important : elle fournit le degré de risque attaché à un titre et la régularité de sa performance. De façon générale :

  • un bêta supérieur à 1 % indique que le titre sur-réagira (à la hausse comme à la baisse) par rapport à son marché et donc que le degré de risque est significatif ;
  • un bêta inférieur à 1 % signifie le contraire, c’est-à-dire que la volatilité du titre sous-performera celle du marché (à la hausse comme à la baisse). Le niveau de risque est moindre ;
  • un bêta inférieur à 0 révèle que le cours du titre réagira de manière contradictoire à l’évolution du marché ; si ce dernier grimpe, le cours du titre s’orientera à la baisse (et inversement). Les produits affichant un bêta 0 sont notamment utilisés dans les stratégies de couverture.

De façon générale, à performance équivalente, un investisseur a intérêt à privilégier le placement le plus régulier pour éviter la question du point d’entrée : ce point correspond au moment l’investisseur acquiert un titre. Si ce dernier est volatil et acquis au moment ou le cours a fortement progressé, une partie de sa mise sera perdue lorsque la volatilité retombera. Avec un titre dont le bêta est faible, ce risque est moindre.

Volatilité historique et volatilité implicite

En entrant dans le détail, la volatilité d’un titre peut-être historique ou implicite :

  • la volatilité historique est calculée en regardant dans le rétroviseur. Elle prend en compte les fluctuations passées d'un titre afin de tracer l'écart type de la courbe historique durant une période. Il n’est pas certain, même si elle fournit des informations précieuses, que l’analyse du passé permet d’anticiper la volatilité future du titre ;
  • la volatilité implicite : la volatilité implicite se base sur la fluctuation du risque inhérent à un titre pour extrapoler sa fluctuation future telle qu’anticipée par le marché. Cette approche est fréquemment utilisée dans le cas des options (formule de Black et Scholes) afin de prévoir la volatilité anticipée du cours du sous-jacent et ajuster le prix de la prime.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Méthodes

Sommaire